Menu-fr
   
Bienvenue sur dom-photos.fr
       Je m'appelle Dominique Gourdier. Je suis né le 21 décembre 1956. Je suis photographe amateur, ma vie professionnelle ayant été consacrée à la chimie et plus particulièrement à la chromatographie et la spectrométrie de masse.   Petit fils d'un photographe professionnel que je n'ai pas connu car mort en 1940, j'ai hérité du gène de la photo.           

       La photo a toujours été ma passion. Mon premier appareil photo était un Kodak à soufflet au début des années 60. Eh oui, je parle d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître.

      J'ai eu ensuite un appareil photo box, gros cube noir, utilisant des films 6X6, dont je ne me souviens plus de la marque, loin du high tech actuel, mais qui donnait tout de même le plaisir de faire des photos. Le soucis étant qu'un film ne contenait que 12 photos. Eh oui, on n'utilisait pas le mode rafale en ce tems là

      Plus tard, j'ai enfin pu utiliser un Agfa 24X36, bi objectif qui était une véritable Rolls pour moi. Enfin, lorsque j'ai pu m'offrir mon premier reflex 24X36, j'avais l'impression d'avoir atteint le graal, même si ce n'était qu'un Chinon avec monture des objectifs en 42 à vis. Il ne fallait pas être pressé, lors d'un changement d'objectif, afin de ne pas détériorer le pas de vis mais cela fonctionnait. Cela m'a permis de passer ensuite au Pentax ME Super, plus léger et plus compacte et avec exposition TTL (ouaouh..) Il avait alors l'avantage d'avoir une monture d'objectif à baillonette mais, via une bague d'adaptation, accepter aussi les objectifs 42 à vis.

      Mon évolution matérielle se faisait, des années plus tard en passant au Minolta Dynax 505 SI. Je découvrais alors le luxe des objectifs  à baillonette, mais aussi l'autofocus, plusieurs mode d'exposition et plein d'autres options . Lorsque je le prends en main maintenant, il me parait très léger. Ce fut mon dernier appareil argentique.

      Je faisais l'acquisition d'un Kodak Easyshare DX 7590 pour entrer dans le monde du numérique. Adieu l'attente du développement sans parler de son coût mais aussi adieu au remplissage des placards avec les boites de diapositives et les nombreuses pochettes de tirages. Les photos apparaissent tout de suite et ne prennent que peu de place sur mon disque dur. Il faut dire que cet appareil n'avait une résolution que de 5 MP.  Mais quel plaisir de pouvoir retoucher la luminosité, le contraste et même passer de la couleur au noir et blanc en un clic. Après quelques années, je suis revenu au monde du reflex avec un Sony Alpha 350. Bon boitier avec un capteur de 14 MP mais, malheureusement CCD et non CMOS. Jusqu'à 800 ISO, tout allait bien mais passé ce cap, le bruit se faisait vraiment sentir. Pour moi qui adore rentrer dans une église puis faire une rotation à 180° pur voir et photographier l'orgue souvent mal éclairé, cela devenait difficile.

   C'est ainsi que je suis devenu un nikoniste en passant sur un Nikon D90, ayant été convaincu par un utilisateur enchanté. Et, effectivement je n'ai pas été déçu par ce boitier qui, outre ses qualités en photos, pouvait aussi faire de la vidéo. Je dois avouer que mis à part pour un test, je n'ai jamais utilisé cet option. Je suis photographe et non vidéaste.

    Enfin, avec le temps, on devient de plus en plus exigeant. J'ai donc fin par évoluer vers un NIkon D7100 qui reste mon boitiert actuel. Riche de son capteur 24 MP, il permet de cropper sans grosse perte de qualité. J'ai même réalisé des photos de spectacle à 6400 ISO sans être trop gêné par le bruit. Son seul défaut, peut être et comme beaucoup de reflex, c'est son poids surtout muni de son grip. Je me suis même séparé d'un zoom Tamron 70-200 f 2.8 car une journée de prise de vue avec ce matériel finissait par une séance d'ostéopathe. La photo doit rester un plaisir et non une torture. Les hybrides semblent aller dans le bon sens alors un jour j'espère, je mettrai cette page à jour en vous parlant de mon dernier achat.